#2 | Mise à sec entre 2 batardeaux

Installation Water-Gate© avec dérivation de flux par canalisation type ECOPAL©. Vue Amont.
Installation Water-Gate© dans un canal avec deux batardeaux tête-bêche. Assèchement de la section intermédiaire par pompage Grundfos.
Batardeaux souples Water-Gate©. Schéma d'une installation perpendiculaire au cours d'eau avec 2 batardeaux amont et aval, tête-bêche. Cas #2

Canaux, douves, petites rivières : ce dispositif permet d’assécher de grandes surfaces avec un linéaire réduit

Ce type d’installation est recommandé pour les cours d’eau étroits, à pente faible. Les batardeaux souples sont installés avec les charnières « dos à dos ».

Dévasage
Il est impératif de dévaser les zones où seront placés les batardeaux au risque d’affecter leur stabilité au moment de la mise en pression. Si les forces de friction entre la toile de fond et le sol sont insuffisantes alors le barrage peut se mettre à glisser.

batardeau riviere canal installation amont aval

Mode opératoire selon le type de cours d’eau

  1. Installation en eau vive
    En présence de courant, on installe d’abord le batardeau amont (voir cas #1 batardeau perpendiculaire). Le batardeau aval peut généralement être de hauteur plus faible. La dérivation du flux amont peut se faire par une canalisation posée sous les batardeaux souples ou par pompage.
  2. Installation en eau stagnante
    En eau calme on pré-positionne les deux batardeaux, en amarrant les bords d’attaque. L’amarrage se fait à l’aide de piquets placés dans les anneaux métalliques du bord d’attaque pour éviter tout dérapage jusqu’à la mise en pression totale du batardeau souple par pompage.
Test d'un batardeau souple Water-Gate© WA-50 par la sécurité civile Tchèque
Barrages souples Water-Gate© disposés à cheval entre deux murs. La pression hydrostatique s'applique sur la toile contre les murs comme elle s'applique sur le sol.
Barrage souple Water-Gate© appuyé contre un mur. On fixe le bord d'attaque avec une planche pour réduire les fuites lors de la mise en eau.

Epuisement de la zone chantier

On constate en général trois phases.

  1. Au départ baisse très progressive du niveau de la zone à assécher. La toile du batardeau n’est que partiellement plaquée contre le sol, l’étanchéité est partielle, d’où l’importance d’un lestage bien réalisé sur le bord d’attaque.
  2. Puis la baisse du niveau s’accélère à mesure que le batardeau se met en pression.
  3. Le dernier tiers est souvent celui qui requiert une puissance de pompage plus importante, surtout si la hauteur du batardeau est importante et si le sol est poreux. Des exsurgences peuvent apparaître dans la zone à assécher selon le principe des vases communicants.
Avant pompage la toile du batardeau flotte sur l'eau. Le bord d'attaque est fixé au sol et lesté.
Pendant le pompage la différence de niveau augmente entre l'amont et l'aval. Le barrage souple se met en pression. La toile inférieure épouse progressivement le fond du cours d'eau.
Epuisement de la zone chantier. Les infiltrations sous le batardeau dépendent de la porosité du sol et de la différence de pression.